Musique : Les 5 artistes qui ont marqué 2018

Comment tourner la page de l’année 2018 sans revenir sur les personnalités de la musique burundaise qui ont marquées l’année d’une manière ou d’une autre. Que ce soit par leur musique ou par leurs frasques, les artistes burundais ont plusieurs fois défrayé la chronique et fait parler d’eux. De B-Face à Big Fizzo en passant par Natacha La Namba, ils ont été omniprésents dans le paysage médiatique et nous revenons sur ceux qui ont le plus fait parler d’eux au cours de cette riche année 2018.

Big Fizzo

Sans aucun doute, 2018 aura été une année riche pour celui que beaucoup surnomment le « King » de la musique burundaise. En effet, si en 2017 son actualité n’est pas riche en morceaux, Big Fizzo aura été assez prolifique en 2018 avec pas moins de 4 morceaux sur les ondes. De « Ni wewe » au tout récent hit « Iyomba », l’artiste a bien occupé la scène musicale. Et même s’il a été victime d’une fuite sur ses derniers morceaux, il a réussi à finir 2018 sur une note positive avec le succès de « Stein » et « Iyomba » plusieurs fois réclamés au Xmas concert le 25Décembre dernier.

L’année 2018 a aussi été celle du lancement officiel de son label « Bantu Bwoy ». Label dans lequel sont signés les artistes Double Jay et Kirikou qui ont chacun sorti un morceau en 2018. Le label a également lancé sa branche de production vidéo qui en plus de réaliser les clips de ses artistes, a également réalisé des clips pour de nombreux artistes dont le dernier clip en date (salué par la critique) du chanteur Masterland.

Mais Big Fizzo ne s’est pas seulement fait remarquer par la musique. L’artiste, qui est de nouveau père depuis, a plus ou moins surpris son public en épousant sa compagne et manager général de son label Bantu Bwoy en aoȗt 2018. Une petite surprise puisque l’artiste trimbalait depuis plusieurs années une réputation de coureur qui ne se marierait certainement plus jamais (il s’était brièvement marié une première fois, il y a plus de 10 ans). Eh bien, la rumeur avait tort.

On n’oubliera pas de mentionner quelques conflits comme il est de coutume dans le monde de la musique, notamment celui avec Sat-B, un autre grand nom de la musique burundaise.

Natacha La Namba

La diva  de la musique burundaise n’était pas en reste cette année 2018. La chanteuse a réellement fait le buzz autour de sa personne tout au long de l’année. Tout comme Big Fizzo, elle a été assez productive, multipliant les morceaux et les apparitions en concert. 4 morceaux dont une belle collaboration avec la star congolaise Fally Ipupa sur le morceau Duga.

En 2018, Natacha a prouvé sa capacité à créer la tendance avec sa célèbre expression « Mubibona Gute ? Eskeee ? ». Une expression totalement devenue virale au point d’être répétée par une grande partie de la population comme un mantra. Surfant sur la popularité de son expression, l’artiste sortira le morceau « Mubibona Gute ? » qui connaitra un certain succès auprès du public burundais. Notamment grâce à son clip qui a été tourné dans les rues de Bujumbura avec une foule entourant la chanteuse.

Une chose est sûre, si l’on pouvait douter de la popularité de la chanteuse, 2018 aura été l’année de la confirmation du statut de star pour Natacha. Notons qu’elle a signé la dernière sortie de 2018 en sortant le clip de son dernier morceau le 31 décembre 2019, la veille de son premier concert de 2019, le jour de l’an.

Sat-B

Le « King of Buja Flava » a connu une année 2018 plutôt chargée. Entre sortie musicale, concerts et conflits, Sat-B a vraiment fait parler de lui. Il faut dire que le jeune homme qui chantait « Inkuru y’Ukuri » a fait du chemin depuis et s’est bien installé parmi les artistes au sommet de la musique.

Contrairement à Big Fizzo et Natacha, Sat-B n’a pas été très productif. L’artiste a surtout joué la carte de l’efficacité. En effet, avec seulement 2 morceaux sortis dans l’année, il a réussi à signer le plus grand nombre de vues sur YouTube puisqu’il totalise plus de 430.000 vues pour « No Love » et « Karabarya ». Deux clips réalisés respectivement par l’ougandais Sasha Vybz et le tanzanien Joowzey. Un succès qui s’est concrétisé avec la participation de Sat-B au concert du groupe Kenyan Sauti Sol pour lequel il a fait une première partie remarquée en juillet dernier.

Comme Big Fizzo, Sat-B a également lancé son propre label « Empire Avenue » sur qui il a signé la chanteuse Clémentine Kavy. La chanteuse a par ailleurs sorti son premier single sous ce nouveau label intitulé « Uranrya Bebe » qui n’a malheureusement pas connu de grand succès. Notons que 2018 a également été l’année du « No Love Tour » avec des dates dans plusieurs provinces du Burundi.

Mais que vaut la vie d’artiste sans quelques conflits pour ajouter du piment à la sauce ? Dans cet exercice, Sat-B s’est assez bien illustré avec quelques conflits dont celui avec le promoteur Wanda Boy, patron du label Trust No Body sur lequel est notamment signé le rappeur Magic Soldier Kingorongoro. Un conflit qui a naturellement mené à la fin du partenariat qui reliait Empire Avenue et Trust No Body.

Une année vraiment mouvementée pour le chanteur.

 

B-Face on the flow

Rappeur reconnu pour son talent, B-Face a beaucoup défrayé la chronique en 2018. Musicalement il a signé 5 morceaux et a confirmé son statut de cador parmi les rappeurs que compte le Burundi. Mais au-delà de ce fait, B-Face a été au centre de nombreuses polémiques autour de sa musique et plus particulièrement pour les thèmes dont il traite.

Sur les 5 morceaux sortis par l’artiste, deux ont retenu l’attention du public et ont fait couler beaucoup d’encre et salive. Il s’agit de « Hitamwo » et « Ibiri k’Umutima 5 ». Le premier est une véritable salve contre les rappeurs gospel burundais qu’il accuse d’être hypocrites en se cachant derrière l’étiquète chrétienne pour se comporter comme des artistes du monde profane. Un clash frontal directement adressé aux rappeurs Big Zoé, Prince Mshindi et GN LFLS. Ces rappeurs n’ont pas souhaité répondre à cette attaque publique.

Mais ces artistes étaient loin d’être les seules victimes de B-Face en 2018. Le rappeur burundais installé en Belgique 19th en a également fait les frais. Alors qu’il avait lancé le challenge « Ikiri k’Umutima » du titre d’un de ses morceaux et dans lequel il invitait le rappeur burundais à reprendre le morceau avec le même thème, B-face a décidé de jouer le jeu mais en lançant une salve à 19th et aux artistes qui avaient participé au challenge. Et cette fois-ci, contrairement à ses prédécesseurs, 19th a bien répondu à B-Face en musique avec le morceau « Boniface ». Idem pour le rappeur Fabelove qui a lui a adressé sa réponse avec le morceau « Dogo ».

Rien de nouveau pour B-Face qui a plus ou moins bâti sa réputation sur des morceaux chocs à l’instar de « La Différence »

Vichou Love

Artiste reconnu et respecté dans la musique burundaise, Vichou Love a connu une belle année 2018. Il faut dire que le management de « The Fighter Production » semble bien marcher. L’artiste a signé 3 bons morceaux qui ont connu un succès auprès du public. Il a notamment signé une collaboration avec la chanteuse tanzanienne Lady Jaydee sur le morceau « Kugatumba » et le morceau autobiographique « History » qui comme son titre l’indique raconte l’histoire de l’artiste depuis sa vie de jeune enfant mal voyant à la star de la chanson qu’il est devenu.

Mais 2018 a aussi été l’année des concerts pour Vichou qui a très souvent sillonné le pays allant de province en province, tantôt dans le cadre d’une campagne pour une ONG ou pour une tournée. Il aura également pris part au concert de Sauti Sol en juillet 2018.

En 2018, Vichou a également lancé 2 albums. Le premier étant celui fait avec son compagnon d’antan feu Bosco et le second son album solo nommé « History ». Un lancement qui s’est fait lors d’un concert qui a réunis de nombreux artistes de la place.

Que ce soit pour la qualité de leur musique ou les différentes histoires qui entourent leur quotidien, ces artistes ont, chacun à sa manière marqué 2018 et laissé une trace dans l’histoire. Vivement la fin de l’année pour encore plus.

A votre tour ! Quels sont les 5 artistes qui ont marqué 2018 selon vous ?

Moïse MAZYAMBO