PARTENARIAT STRATEGIQUE POUR LE LOBBYING ET LE PLAIDOYER EN VUE DE LA PRISE EN COMPTE DES PREOCCUPATIONS DES COMMUNAUTES ( août 2016 – nos jours)

  1. INTRODUCTION

Depuis le 1er Aout 2016 l’AFRABU, l’AFRABU en consortium avec l’AFJO est en train de mettre en œuvre un projet intitulé  «  Partenariat Stratégique pour le lobbying et le plaidoyer en vue de la prise en compte des préoccupations des communautés »

qui a été officiellement lancé le 10 novembre 2016. Ce projet est financé par le  Ministère des Affaires Etrangères du Royaume des Pays-Bas à travers CORDAID. Ce  projet est   exécuté dans six pays à savoir le Burundi, la RD Congo, l’Afghanistan, la République Centrafricaine, le Nigeria et le Sud-Soudan. Au Burundi, le projet est mis en oeuvre par six organisations, il s’agit de l’ADISCO, l’AFJO, l’AFRABU, l’AJCB, l’OAG et le REJA sur  3 trajectoires à savoir :

 Accès à la justice pour tous (AJCB et OAG)

  • Autonomisation et emploi des jeunes (ADISCO et REJA)
  • Inclusivité des femmes dans les processus de paix et de sécurité (AFRABU et AFJO).
  1. OBJECTIF DU PROJET

Créer des opportunités pour l’emploi des Jeunes, l’accès à la justice pour tous, et l’inclusivité des femmes dans les processus de paix et de sécurité pour mieux vivre ensemble au BURUNDI.

  1. VISION DE LA TRAJECTOIRE EFFECTUEE PR L’AFRABU ET L’AFJO

La société burundaise vit en harmonie et dans la cohésion sociale avec la participation politique et l’inclusivité des femmes dans les processus de paix et sécurité. En effet, la faible participation de la femme dans la vie politique et dans les processus de paix et de sécurité est due à la faible représentativité des femmes dans les organes dirigeants des partis politiques, au poids socio culturel avec les préjugés et stéréotypes renforcé par le système patriarcal, aux lois lacunaires et discriminatoires, à la méconnaissance des instruments nationaux et internationaux des droits femmes, à la faible prise de conscience des femmes de leur rôle et potentiel dans la société,  à la faible autonomie économique, faible accès des femmes aux TIC , faible mise en application des lois en faveur des femmes, faible niveau d’instruction de la fille.

  1. RESUTLATS ATTENDUS DU PROJET
  • Renforcement des capacités des OSC partenaires
  • Création d’un environnement favorable 
  • Changement des politiques : améliorer les lois, les mettre en place ou les réviser